Poésies…

[Crédit Photo Casper de Jong]
L’auteure de vos jours.

Écorchée vive sur la table d’opération
Le ventre incisé et les organes exposés
Vous deveniez mon inéluctable passion
Ma vie, de l’intérieur, allait exploser

J’ai expérimenté l’instinct maternel
Détruite par l’incompétence de mon auteure
Toutefois chanceuse de mes liens sororels
En vous deux, j’ai retrouvé mon odeur

Je vous ai donné le droit de m’accaparer
Vous avez fait de moi votre univers
Immobilisé comme une barque amarrée
Fruits de mes entrailles… et de mes ovaires
Bien que je pris recul comme la basse marrée
Je vous aime pourtant bien plus vrai qu’hier

Vous êtes l’inspiration de mes arts
Vous êtes le centre de mon monde
A partir duquel les individus sont milliards
Là, où ma nature se fonde…

———————————————————————————————–

Mes certitudes.

Si mes certitudes s’envolent ;
Il me reste les croyances.
Si mes croyances s’étiolent ;
Il me reste la conscience.
Si ma conscience s’atténue ;
Il me reste les écrits.
Si mes écrits sont ténus ;
Mon âme périt.

Alors, restera ce monde ;
Plongé dans le chaos par l’hyper multiplicité des flux.
Alors, resteront ces extravagants, bizarres et absurdes individus ;
Qui tentent de créer une consistance pour que leur Vérité se fonde.

Mon corps, vidé de toute forme, s’amincit et se dissipe lentement ;
Il veut donner toute sa place à mon propre ectoplasme.
Il se développe comme il s’enveloppe dans la cohue de mon entendement.
Sous la pression, il s’affranchit et découvre ses phantasmes ;
Sa force s’efface et il se présente pour ce qu’il est candidement.

L’égo, cette supercherie ;
Qui m’empêche d’admettre que l’univers puisse toujours se réaliser ;
Une fois mon dernier souffle prononcé ;
Existe pour me persuader de ma présence